Suivez-nous sur Twitter
Facebook

INFO
Le Syndicat Mixte Baie de Somme - Grand Littoral Picard est ouvert.
L'ensemble des salariés reste mobilisé pendant le confinement pour assurer la poursuite des dossiers en cours.
> Nous contacter
LA STRUCTURE
AMÉNAGEMENT
MILIEUX NATURELS
GRAND SITE
La Basse Vallée de Somme dévoile ses zones humides

Débutée en août, la première phase des travaux de restauration des milieux naturels humides situés entre Noyelles-sur-Mer et Port-le-Grand, s'est achevée mi-octobre.

Le 10 novembre 2020, mis à jour le 13 novembre 2020
Temps de lecture
3min
Tous les articles  |
La Basse Vallée de Somme dévoile ses zones humides Travaux d'étrépage - 3ème Renclôture entreprise Tellier Paysage à Port-le-Grand - Crédit photo : SMBS GLP

Pour conserver l’identité paysagère et écologique de ces terrains appartenant au Conservatoire du littoral, le Syndicat Mixte en partenariat avec la Fédération Départementale de chasse, a lancé un ensemble de travaux sur plus de 170 ha : restauration de roselières, de fossés, d’ouvrages hydrauliques, création de mares, pose d’aménagements pastoraux visant à faciliter la gestion par pâturage des prairies humides…

Une mosaïque de terres humides
Le projet est financé à hauteur de 662 000 € par différents partenaires : l'Agence de l'eau Artois-Picardie, la Région Hauts-de-France, le FEDER et le Syndicat Mixte. « L’objectif, souligne Julie Robert, chargée de mission Ramsar, est d’améliorer la capacité d’accueil des oiseaux d’eau, d’optimiser les richesses écologiques tout en préservant les usages en place. » En effet, au gré de l’évolution des activités sur ces polders et de la dynamique des milieux humides, il est apparu nécessaire de monter un projet pour redonner à la Basse Vallée de la Somme sa vocation d'antan de haut-lieu d'accueil des oiseaux d'eau. «L'augmentation de la qualité des roselières, la création d'ilots de nidification, la diversification des habitats liés aux mares et aux fossés permettront de mieux répondre aux exigences écologiques des espèces telles que le Butor étoilé, l'Avocette élégante, l’Échasse blanche, ainsi qu'aux batraciens.» Les travaux se poursuivront jusqu'à l'automne 2021. «Ces derniers sont organisés en fonction des périodes de reproduction des espèces. C'est pourquoi aucune intervention n'est autorisée entre février et fin juin pour respecter la reproduction des amphibiens et des oiseaux. Les milieux humides étant des milieux peu portants, il n'est pas possible d'y travailler avec des engins en période de hautes eaux comme en hiver. »

Zoom sur la Basse Vallée de la Somme
Classée Ramsar et Natura 2000, la Basse Vallée de la Somme est constituée d’un vaste ensemble de prairies humides, parsemé de nombreuses dépressions humides, de roselières et d’un réseau dense de fossés et de chenaux. Ces milieux regorgent d’espèces de libellules, de criquets mais aussi d’oiseaux comme le Vanneau huppé, la Barge à queue noire ou encore le Butor étoilé. C’est aussi le lieu d’une flore remarquable comme l’Orchis négligé ou le Blysme comprimé.

+ d’infos :
Magazine Baie de Somme n°83 : La Basse Vallée de la Somme, le poumon vert du Grand Site.




FOCUS   SUR

LA CRÉATION DE MARES
expliquée par Benjamin Blondel, chargé d'études milieux naturels

«Avant de créer une mare, nous nous assurons de choisir l'emplacement adéquat : vérifier qu'elle se situe sur un point bas, qui pourra être facilement ennoyé et garder de l'eau une grande partie de l'année.
Il est primordial que la mare ait des pentes douces, non abruptes : cela permet d'avoir un maximum de diversité floristique (à chaque étage correspond un cortège végétal) mais aussi un accès facilité pour la faune, que ce soit pour le bétail ou pour la faune sauvage, notamment les batraciens.
Dans nos projets, la recolonisation végétale des berges et du fond se fait de façon naturelle, sans plantation.
Certains amphibiens, comme le Crapaud calamite, sont considérés comme pionniers, et viendront parfois se reproduire dans la mare le printemps suivant sa création car ils apprécient les milieux "neufs".
D'autres espèces attendront la recolonisation végétale naturelle par la Menthe aquatique, le Myosotis cespiteux, les Potamots ou encore les Renoncules aquatiques avant de venir s'y réfugier : il s'agit par exemple du Triton crêté dont la femelle dépose ses œufs sur la végétation aquatique.»



  icone_pdf Présentation des travaux site par site (1.68Mo)



EN IMAGE









VOTRE OPINION


Il vous reste caractères.


CONTRÔLE ANTI-SPAM

Combien font 6+1 ?
votre réponse :












JE M'ABONNE AU MAGAZINE BAIE DE SOMME
Je souhaite recevoir le magazine Baie de Somme et d'autres infos du Syndicat Mixte
POUR NOUS JOINDRE
03 22 20 60 30 ou nous écrire
Syndicat Mixte Baie de Somme - Grand Littoral Picard - 1, rue de l'Hôtel Dieu 80100 Abbeville
Ce site Web utilise les cookies
Les cookies nous permettent d'analyser notre trafic. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.