Flux RSS
Suivez-nous sur Twitter
Facebook
LA STRUCTURE
AMÉNAGEMENT
MILIEUX NATURELS
GRAND SITE
Dans les coulisses de la nature

La saison a repris et les équipes du Parc du Marquenterre ont profité de la période hivernale pour réaliser des travaux favorisant à la fois la biodiversité et l'accueil du public. Au programme : limitation des zones de boisement, rehaussement des îlots, réouverture des plans d'eau...

Le 30 mars 2017
Temps de lecture
3min
Tous les articles  |
Dans les coulisses de la nature Intervention sur les îlots - Crédit photo : SMBS-GLP

L'ensemble de ces travaux est réalisé en interne avec Francis Pringarbe, responsable entretien présent depuis 20 ans sur le site, et Cédric Jolibois, technicien entretien. Leur crédo est le respect de la vie du site. Ils organisent leurs interventions en fonction de la présence du public, de la faune et de la flore, des mesures à respecter dans le cadre de la réglementation du site (Réserve naturelle, site classé...) et selon un plan de gestion établit sur 5 ans.


UNE GESTION À L'ÉCOUTE DES OISEAUX...
Cette gestion repose sur l'observation des oiseaux et des plantes : "Il faut avoir de bonnes connaissances des espèces et ce dont elles ont besoin," résume Francis. C'est comme un architecte qui construit des maisons sans connaître les humains, il faut avoir les bases. Il y a des îlots où on laisse la végétation évoluer pour le canard, les passereaux et à d'autres endroits comme sur le petit parcours où on intervient en limitant l'extension des roseaux pour éviter que le milieu se referme." Les plans d'eau avec un niveau faible en eau sont vite colonisés par les roseaux qui ne laissent aucune visibilité aux oiseaux comme l'Avocette, qui du coup ne se sentant pas en sécurité, ne va pas nidifier à cet endroit. Cela impacte aussi le  public qui ne peut observer les oiseaux présents sur le plan d'eau. "On arrache les racines, les rhizomes qui sont exportés par la suite sur une digue dans la plaine. Il n'y a aucun impact sur le milieu, ces travaux sont encadrés par la police de l'eau." Une autre opération a été menée entre décembre et janvier avec le lycée agricole d'Abbeville en partenariat avec le Conservatoire du littoral. Objectif : couper les saules qui envahissaient le plan d'eau du poste 4 et limiter les pousses d'arbres. "C'est un échange de bons procédés. Les élèves viennent sur le site nous aider,  nous intervenons en classe et une visite guidée du parc est organisée."


...ET DU TEMPS
D'autres travaux consistent à rehausser les îlots. Avec les pluies du printemps dernier, certains étaient sous l'eau ou érodés. Ils n'étaient plus fonctionnels pour la nidification des petits échassiers. "Pour ce faire, souligne Cédric, nous avons attendu que le temps soit plus sec en novembre pour poser un mélange de coquillages, galets et sable et ainsi restructurer l'îlot. Notre intervention se fait donc aussi en fonction des saisons et du temps. Lorsqu'il gèle, on peut passer en tracteur sur les plans d'eau, quand il pleut on évite de traverser les prairies pour ne pas créer d'ornières."


ENTRE EXPÉRIENCES & CONNAISSANCES
Le Parc du Marquenterre, côté coulisses, c'est aussi la réalisation à l'identique de la palissade le long du sentier des postes 4 et 5 permettant d'éviter les dérangements des oiseaux par les visiteurs, la réfection de la vanne côté mer... D'importantes actions sont menées pour contrer l'invasion des sangliers et la prédation des renards. Le premier retourne les prairies du Parc.  Le deuxième se nourrit des œufs et poussins en pleine période de reproduction. "Nous avons créé des fossés,  posé un grillage avec une maille adaptée, permettant aux avocettes de passer mais pas au renard." D'autres expériences sont menées, notamment au poste 6. "L'hiver dernier, nous avons mis en place un îlot flottant, un radeau avec du gravier permettant d'augmenter la capacité d'accueil sur le site et favorable à  l'accueil des sternes et mouettes. Ces dernières sont venues en deuxième ponte sur l'îlot. L'expérience est reconduite cette année. La gestion, c'est un choix, on ne peut pas avoir tout au même endroit. Sans intervention, il n'y aurait pas d'oiseaux, le parc serait une forêt. On a pas le droit de se tromper, si on se trompe les oiseaux ne viennent pas."







SUR LE MÊME SUJET




VOTRE OPINION


Il vous reste caractères.


CONTRÔLE ANTI-SPAM

Combien font 8-1 ?
votre réponse :












RESTER INFORMÉ
Je souhaite recevoir le magazine Baie de Somme et d'autres infos du Syndicat Mixte
POUR NOUS JOINDRE
03 22 20 60 30 ou nous écrire
Syndicat Mixte Baie de Somme - Grand Littoral Picard - 1, Place de l'Amiral Courbet CS 50728 80142 Abbeville Cedex